Mobilisation pour le climat ? Marche pas !

Partageons !

Il y a quelques jours, parlant du climat et de nos actions, un de mes petits enfants m’a affirmé  “c’est trop tard”… sous entendu, Papy tu devrais plutôt t’occuper de ton jardin !
Elle n’a pas tord.
C’est trop tard pour moi. Trop vieux, trop bête.
Pour elle par contre ?

On a pas dans nos actions de relais chez la jeunes de 10 à 35 ans.
A analyser nos arguments et ceux des médias, c’est normal.
Ainsi lorsque l’on voit des millions d’Ha de forêts se consumer, nous savons qu’elle va se régénérer et repartir avec de jeunes plants solides.
Le CO2 relâché dans l’atmosphère au moment de l’incendie sera à nouveau consommé par les jeunes pousses…au fil des ans
C’est en tout cas le message donné, le bois étant une énergie “renouvelable” et “non polluante”.

Pluies diluviennes ou sécheresses intenses  ne les touchent pas plus.
Il n’y a pas moins de fruits et légumes dans les supermarchés, autant de bonbons et de gommes, les écrans sont connectés et les jeux en plastoche sont dans les rayons. Alors !?
Les profs sont  là, il y des devoirs et des vacances . Le temps se décompte comme hier ou avant hier. (Avant avant hier, il n’y avait rien ! Mes petits enfants n’étaient pas nés.)
Pas de quoi s’affoler !
La justice climatique ?
Les copains et copines vivent “comme nous”.

Pour nous, les vieux, tout est grave car le climat change. Nous l’avons connu avant qu’il ne change.
Pour eux, les pré-ados et les ados, rien ou pas grand chose n’a changé depuis qu’ils sont nés.
Le réchauffement climatique on en parle partout, c’est un “truc” normal, finalement, comme le tour de France qui revient chaque année.

Il y a 60 ans, la question qui tuait chez les ados tournait autour de la publicité. Est-ce que la pub influence nos choix.?
Les grands dadais que nous étions, répondions “non ! Nous somme maître de nos choix” .
Cette pub a influencé toutes notre vie, la bagnole, l’argent, les armoires pleines, les vacances, l’avion, la détente, la TV, le lave vaisselle, les frigos américains, les ordi, la possession plutôt que le partage, l’énergie électrique et j’en passe.
Elle  influence encore nos certitudes. Y compris  climatique.
Elle forme encore les choix des jeunes adultes et des enfants: L’Intelligence artificielle va sauver le monde , l’écran que j’ai dans la main me permet de communiquer avec des centaines de gens.
sans filtre et sans censure.

Question ?

Et si ma petite fille avait raison.
Devrais-je retourner dans mon potager et renoncer à une lutte climatique inutile et périmée ?
Finalement, les “anciens” perdent le temps à s’agiter à la Brel, plus on devient vieux, plus on devient con, pour retrouver un morceau de notre passé: Le temps d’avant, les forêts d’avant, les animaux d’avant. D’avant quoi ?
D’avant ma petite fille ?

Mais j’oublie quelques chose.
Le bazar climatique, c’est moi qui l’ai mis en place.
C’était une erreur.
Et réparer son erreur c’est la moindre des choses, le moindre des respects.

Errare humanum est, perseverare diabolicum

 


Partageons !
Author: Bernard Adam
Cuisinier à la retraite

Laisser un commentaire