Projet de gîte pour 10 personnes rue des Parisettes à Barvaux , l’avis rendu !

Partageons !

Ce gîte s’ajoute à 3 autres gîtes pour un total de 27 personnes dans des parcelles voisines, ce qui nous donne 37 personnes en tout !
Voici l’avis que nous avons rendu. !
Vous pouvez toujours rendre le vôtre jusque le 07 février à urbanisme@durbuy.be

Image entête, source https://publicdomainvectors.org/en/public-domain/


 

Collège Communal de Durbuy
Rue Basse Cour 13

6940 Barvaux

C/O Veronique Rensonnet
urbanisme@durbuy.be

Concerne : dossier 2022/0005
Demandeur, AFRIT 10 B.V.B.A (P. GILLIS) demeurant Wesperlaarsebaan 1 bus 301 à 3190

Boortmeerbeek.

Le terrain concerné est situé Rue des Parisettes, lot 6 à 6940 Durbuy et cadastré division 2, section C n°882N.

Monsieur le Bourgmestre,

Mesdames et Messieurs les Echevines et Echevins,

Madame Rensonnet,

Vous trouverez ci-dessous notre avis concernant ce dossier.

Remarque : Nous avons remis en un an un nombre important d’avis concernant des projets immobiliers et en particulier des gîtes et maisons de vacances.
Nous ne recevons cependant pas , dans la majorité des cas, les avis d’octroi, ou pas, de la part du Collège Communal ?

Est-ce possible de les recevoir systématiquement ?
Certains projets méritent, s’ils reçoivent un permis, d’être l’objet d’un recours climatique, environnemental ou paysager.

Notre avis

Attendu la présence de 3 autres projets de gîte dans la même rue pour 27 personnes (2022/0178);

Attendu qu’ici, le projet est de 10 personnes  ce qui fait 37 personnes
Qu’il existe déjà d’autres maisons dans cette rue ;

Que la rue est étroite (4 m), en pente forte (jusque 18%), qu’elle ne peut être salée ou déneigée par le matériel communal existant ;
Qu’elle n’est pas accessible à des véhicules de pompier, ambulances et soins de santé ;

Attendu que la rue n’a pas d’équipement public pour gérer les eaux usées (aqueducs) ;
Que toutes les eaux usées ou pluviales des 4 gîtes vont descendre dans le sens de la pente ;
Attendu que, extrait du CHAPITRE 3. — Servitudes légales Section 1re. — Eaux

Art. 3.129. Ecoulement d’eaux entre fonds voisins :
« Sans préjudice de l’article 3.131, les fonds inférieurs doivent recevoir

les eaux naturelles, et autres matières charriées par celles-ci, en

provenance des fonds supérieurs…

Le titulaire d’un fonds supérieur ne peut aggraver cet écoulement en

quantité ou en qualité; cette obligation ne l’empêche pas d’utiliser

normalement son fonds d’après sa destination…Tout propriétaire doit établir ses toits de manière à ce que les eaux pluviales s’écoulent sur son fonds ou sur la voie publique. Il ne peut les

faire verser sur une parcelle contiguë. »
Le code civil n’est pas respecté en cette matière

Attendu que comme pour les demandes des 3 gîtes (dossier 2022/0178), la forêt actuelle va disparaître sous le coup des tronçonneuses lors de la construction ne fusse que pour apporter le minimum de lumière aux vacanciers et aménager une vue sur la vallée ;

Attendu que les quelques arbres restants ne survivront pas à la quantité d’eau déversée via les drains et sans doute de pollution générée par ces 4 gîtes. Le risque de chute de ces arbres est également important.

Attendu que cette situation transforme un puits de CO2 en source de CO2 (et de GES en général), ce qui n’est pas compatible avec le programme « climat » de la Région Wallonne.

Attendu qu’en outre, la ville de Durbuy s’est engagée sur la même voie dans sont programme de la convention des maires : « – Le Plan d’Actions développé par la Commune de Durbuy se veut mobilisateur,

  • Ambition et Réalisme ! Pas de projet utopique ! Pas de délire Pharaonique !

Il propose une réduction d’au moins 46 % des émissions CO2 par rapport à l’année référence, 30 % d’économies d’énergie et 7 % de productions renouvelables. … »
ce qui rend ce type de développement touristique incompatible avec ses propres choix ;

Attendu la convention de Florence : « La Convention de Florence impose notamment l’élaboration sur l’ensemble du territoire « d’objectifs de qualité passagère »1. De sorte que la valeur des paysages, bien que ces derniers évoluent perpétuellement, s’accompagne nécessairement de la qualité de la biodiversité. »(1)
Durbuy ne respecte pas cette convention puisque ce paysage va disparaître;

Attendu que il semble que le règlement communal concernant les hébergements touristiques ne soit pas respecté ;

Attendu que cette construction ne respecte pas les règlements d’urbanisme en vigueur :
Toiture plate, hauteur sous corniche, verticalité etc.

Attendu que l’artificialisation des sols est très importante à Durbuy et cette artificialisation favorise l’écoulement rapide des eaux vers la plaine ;

Que cet écoulement rapide favorise les crues rapides et fortes ;

Que ceci met en danger les populations installées le long des cours d’eau ;

Attendu que la multiplication de ce type de construction dans un environnement peu respectueux de biodiversité (Golf) aggrave encore une situation et entre en contradiction avec les engagements de la région à ce sujet  de réduire

– La fragmentation des habitats ;

– Les espèces exotiques envahissantes ;

– La surexploitation et la surconsommation ;

– La pollution dont la pollution par les engrais et les pesticides ;
– Les changements climatiques. ;

Nous pensons que ce permis ne peut être accordé.
Nous pensons également que cette zone ne doit pas être construite compte tenu de l’évolution climatique extrême.

Bernard Adam – Chantal Rossignon – Le Pays de Durbuy ASBL

1 Voir Y. Luginbuhl, « Les objectifs de qualité paysagère », in Les objectifs de qualité paysagère, de la théorie à la pratique, 5e réunion des ateliers pour la mise en œuvre de la Convention européenne du paysage, Conseil de l’Europe, 2007, p. 105.

 


Partageons !
Author: Bernard Adam
Cuisinier à la retraite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 × 1 =