Les déchets de l’anthropocène, la justification de nos luttes.

Partageons !

Drôle de mot tout de même.
Déjà, je l’ai oublié, comment déjà ? Anthropocène Haaaaa ouiiiii!
Voici finalement une définition simple, qui vaut ce qu’elle vaut:L’Anthropocène serait une proposition d’époque géologique qui aurait débuté quand l’influence de l’être humain sur la géologie et les écosystèmes est devenue significative à l’échelle de l’histoire de la Terre. 

Si vous savez lire, ce serait bien de le relire à haute voix.

Ça fait quasi 20 ans que nous en parlons sans pouvoir la nommer.
Marc, lorsqu’il parle de Biodiversité ou de décès climatiques, Jacques lorsqu’il cause rocher(s) à protéger ou de l’Ourthe et de l’Aisne en perdition, moi lorsque je parle d’aménagement du territoire ou de choix énergétiques .
Derrière tout cela, il y a la gestion ou plutôt la non gestion des déchets, leur élimination qui en crée d’autres. (déchets)
L’absence de choix, c’est fermer les yeux sur l’avenir de l’humanité.

Il y a des déchets, polluants certes, mais facilement recyclables, comme les déchets compostables.
Sauf que pour les composter, on produit des GES pour des dizaines voir des centaines d’années et ceux là personne n’en tient compte.

Il y a d’autres déchets, comme les plastiques, qui ne sont en aucune manière recyclables. (Une fois en proportion réduite dans d’autres produits à leur tour non recyclables).
Non seulement, ce produit n’est pas recyclable mais en plus il n’est pas dégradé par le temps. Il se divise en parties de plus en plus petites et arrive à entrer dans les organismes vivants, y compris le nôtre.
C’est un de seul produit qui suit cette évolution. Le verre et l’inox se dégradent peu ou pas mais ils ne se partagent pas en particules et 300 ans plus tard, une bouteille “de mousse” reste une bouteille “de mousse” (En quelque sorte !)
Le plastique, on ne le voit plus mais il est toujours là, de plus en plus petit.

Et si on veut l’éliminer en le brûlant, on produits des GES, des acides, des particules, des fumées polluantes…

L’eau, l’air, l’environnement, les sols sont pollués sans que personne ne s’en soucie car cette pollution n’est pas visible.
Le climat change, sans aucun espoir de retour, mais peu de gens s’en inquiètent pour la même raison.
Pourtant il y a des morts, beaucoup de morts, beaucoup de malades, un peu plus chaque année.
Et ce n’est pas une fatalité !

Ces pollutions, sans espoir de retour, sont générées par un système économique qu’il est possible de changer.

C’est notre combat !

Image entête :https://www.flickr.com/photos/jef_safi/
Jef Safi tout droits réservés.
Le dernier qui sort éteint la lumière

 


Partageons !
Author: Bernard Adam
Cuisinier à la retraite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × = 20