La lutte climatique évolue, de la soupe de Van Gogh, à la purée de Monet, et la colle de Vermeer…

Partageons !

Commentaire lu sur le site de la RTBF: “Cette action survient dans la foulée d’autres actes de vandalisme ces dernières semaines. ”

Ces activistes, selon le dico Larousse, des partisans de l’activisme, soit, “d’un système de conduite qui privilégie l’action directe”, ces activistes ne serait donc que des vandales.
Le même dico nous donne cette définition du vandale: “Se dit de quelqu’un qui détruit, endommage gravement des édifices publics, des œuvres d’art. ”

Pourtant, ces activistes n’ont rien endommagé ni rien détruit du tout.

J’ai de l’admiration pour ces gens qui s’impliquent ainsi dans des projets fous non destructeurs.
Ils font mouche et instaurent un débat dans la société.
Demain, deux d’entre eux seront jugés  en Hollande (pour les non dégâts causé à une œuvre d’Art)

A  Durbuy, une colline a été totalement saccagée par un opérateur touristique pour en faire une attraction,  au grand dam des habitants.
C’était un des plus beaux paysage de Famenne, qu’il soit vu au départ de la Famenne ou vers la Famenne.
Véritable œuvre d’art naturelle avec une vue imprenable sur la région.
Cette situation devient généralisée en Wallonie où tout devient terrain de jeux.

Ma question du jour est la suivante:

Si on appelle vandales des activistes qui luttent contre le changement climatique, sans détruire ou endommager un bien, comment peut-on appeler un opérateur  qui détruit définitivement
un paysage, œuvre d’art, propriété des habitants ?

Nous pouvons nous battre pour notre environnement !(Le site du conseil de l’Europe:https://www.coe.int/fr/web/portal/human-rights-environment)
et protéger l’environnement en utilisant les droits de l’homme.

On observe depuis quelques années une tendance croissante des personnes et des organisations à utiliser le système sans égal de l’Europe relatif aux droits de l’homme pour s’attaquer aux problèmes environnementaux.

Plusieurs normes juridiques internationales élaborées par le Conseil de l’Europe – notamment la Convention européenne des droits de l’homme, la Charte sociale européenne et la Convention de Berne relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l’Europe – ont été invoquées avec succès au service de la défense de l’environnement.

Image d’entête, source Wikipédia: https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Tournesols#/media/Fichier:Vincent_Willem_van_Gogh_128.jpg


Partageons !
Author: Bernard Adam
Cuisinier à la retraite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × = 6