Avis concernant la demande de permis unique référencée PU149.2021//dossier 41420/MS,

Partageons !

Demande de PETRY Didier, rue de la Forge 38 à 6941 Septon.

Régularisation d’une situation infractionnelle constatée le 20 septembre 2019 par l’agent Constatateur concernant le permis octroyé le 22 mars 2017 à Monsieur D Petry pour une cubature de 11000m3

Demande d’une extention du permis précédent pour porter la cubature à 36658 m³

Abattage de feuillus et d’épicéas et plantations de remplacement.

Arguments

————–


Le permis octroyé en 2017 était à la fois simple et complet.
Facile à respecter sur une surface parfaitement déterminée.
Monsieur Petry a donc, en pleine conscience, commis ce que j’appelle « un délit d’environnement »
La commune de Durbuy n’est pas particulièrement sensible à ce type de délit.
Qu’il soit petit, comme brûler ses déchets dans un tonneau au fond du jardin ou plus important comme le non-respect des protections de haies figurant dans un permis(Rome), ou la modification importante du relief d’un terrain sans demande préalable (Rome également), les exemples sont nombreux.

A la décharge de l’administration, le collège communal n’a jamais trouvé nécessaire de créer au sein de l’administration un service Environnement digne de ce nom et doté du personnel nécessaire à la gestion environnementale d ‘une commune aussi étendue que Durbuy.
Il s’agit donc de décisions politiques et non administratives.

Si la liste des provenances des « terres » est disponible,(?) elle ne figure pas dans ce dossier.
C’est un manque de transparence notable.

Compte tenu de l’absence d’origine, il est nécessaire d’effectuer la recherche de présence d’amiante, de résidus de métaux lourds, de produits pouvant être présents dans d’anciens gravats comme le cyanure ou d’hydrocarbures par exemple

(Compte tenu du nombre de m³ présents sur le site, il est probable que ces matières proviennent des travaux de démolition et de reconstruction de l’ancien hôtel « Jean De Bohême »)

La présence d’un ruisseau et le type de sol présent, toute pollution se retrouvera , tôt ou tard , en aval du site.
Le permis non respecté de 2017 trouvait toute sa sagesse à ce niveau. Il doit donc être respecté.

Sauf erreur de ma part le permis de 2017 permettait le dépôt de terres exogènes et non de déblais divers y compris par exemple des déblais dépollués (?) tel que décrit dans la nouvelle demande.
Il me semble que l’autorisation de 2017, dans volonté du collège, portait bien sur ce type de déblais.

La demande de 2017 était faite dans le but de faciliter le travail dans une prairie de fauche;(?) ce qui ne semble pas être le but réel de la demande de permis.
S’agit-il simplement d’une opération financière faite sans tenir compte de l’environnement ?

Avis
——-

Pour ces raisons et d’autres que je développerai en cas de nécessité de recours à la RW, je pense que ce permis , en l’état ne peut être délivré.

A Monsieur Petry de remettre en état et à ses frais a minima suivant le permis de 2017 phase 1 et en faisant les analyses nécessaires pour lever tout doute d’une pollution ultérieure possible.

Bernard Adam
Rue du Colonel Vanderpeere 5
6940 Durbuy

bernard@adam-rossignon.be


Partageons !
Author: Bernard Adam
Cuisinier à la retraite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 × 1 =