Qui dit bilans dit emplois. Ce ne sont que des chiffres, mais derrière, il y a des hommes et des femmes.

J'ai comparé les chiffres d'une série de sociétés achetées par Marc Coucke et consorts avec la promesse de 200 emplois ou même plus... Histoire de se moquer un peu des habitants.
J'ai pris les sociétés suivantes : 

 

      Equivalent temps plein
2016
Temps plein
2016
Temps partiel
2016
Equivalent temps plein
2017
Temps plein
2017
Temps partiel 2017 Saisonniers
temps plein
2016
Saisonniers Temps partiel 2016 Saisonniers temps plein 2017 Saisonniers temps partiel 2017
Sanglier des Ardennes     43,2 23 35 48,5 37 15 17 29 12 23
Jean de Bohême     15,9 15 2   1 0 4 0    
LPM events     8,1 7 2 6,1 5 2 3 0 1 29
LPM2     11,9 10 4 17,3 15 4 10 26 7 134
Durbuy adventure     41,6 37 7 54,6 46 12 17 4 21 2
LPM Holding                        
La Chainée     0,5 0 1 0 0 0        
                         
      121,2 92 51 126,5 104 33 51 59 41 188
                         

On ne peut comparer que ce qui est comparable.
En fin d'exercice comptable (31/12/2016), 121,5 travailleurs équivalents temps plein pour l'ensemble des société pour 126,5 travailleurs un an plus tard (C'est bien ! + 5,3 travailleurs) pour plus de temps plein et moins de temps partiel (c'est encore bien.)
Après, ça se gâte, puisqu'on assiste à l'explosion des saisonniers à temps (très) partiels, on passe de 59 travailleurs à 188.
Bououou. Les saisonniers à temps partiel, une sorte d'esclavage économique qui précarise l'ensemble des travailleurs. Un chantage permanent à l'emploi. Ces chiffres ne sont qu'une petite part des emplois gagnés ou perdus. Il y a ceux des sous-traitants, des firmes de nettoyages, des travailleurs "intérimaires", etc. 

Là, c'est la jungle de l'ultra-libéralisme, "Marche ou crève !
"


RDV en 2019 même date pour de nouvelles aventures ?


Bernard Adam 05/09/2018