Si vous en doutiez, voici une prise de position qui éclaire notre petite lanterne.

Dans sont édition de ce matin, le soir publie une lettre ouverte d'une centaine de médecins à ce sujet: « Réduire le nombre de victimes de la pollution de l’air est possible, écrivent-ils. Mais cela exige des mesures plus ambitieuses et plus efficaces. »

Comme ça c'est fait ! 
Quelles sont les mesures proposées ? 

(Extrait début)

L’un des problèmes les plus graves à Bruxelles réside dans l’usage abusif de motos, de voitures, de camionnettes et de camions utilisant des carburants fossiles et, en particulier, du diesel.

Réduire le nombre de victimes de la pollution de l’air est possible, mais exige des mesures plus ambitieuses et plus efficaces comme :

► La modification écologique de la taxe sur la circulation : avec le découragement fiscal de la mobilité fossile et l’encouragement de la mobilité propre ;

► La préparation à l’interdiction du diesel avec une communication ciblée et un encouragement de la population et des navetteurs à choisir des moyens de transport propres ;

► L’obligation d’utiliser des filtres à suie dans les moteurs diesel associée à une stricte conformité jusqu’à l’interdiction du diesel ;

► Une stricte conformité avec l’interdiction de laisser le moteur en marche au point mort ;

► Des mesures de contrôle et de gestion du trafic local, contraignantes, incluant des moyens pour diriger les conducteurs vers les zones de stationnement les plus proches ; afin d’éviter le trafic inutile.

► Fixer des normes de distance de sécurité entre les artères de circulation comme source de pollution atmosphérique et les lieux de séjour des populations vulnérables et les zones résidentielles ainsi que l’application de ces normes ;

► Des transports en commun accessibles à tous, efficaces, confortables et propres et une mobilité partagée combinée avec le stationnement aux abords de la ville et des gares ;

► Des investissements importants dans les installations cyclables et les bicyclettes électriques.

(Extrait fin)

 

Et nous alors ?
Nous subissons également des vieux bus euro 1 d'un opérateur touristique, bienvenue aux vieilles camionnettes, aux ancêtres et aux camions de la guerre 40... Bienvenue aux SUV et Pick-up inutiles.(PORSCHE CAYENNE 3 III 4.0 V8 550 TURBO, co2 = 272g/km. Comment ose-t-on laisser circuler de tels véhicules sur nos routes ?)
Dans cette bande de terre qui va de Grandhan village à Bomal, il y a une circulation comparable à celle d'une ville, de Pâques à octobre. Un nombre de voitures multiplié par 4 ou 5 dans une cuvette le long de l'Ourthe. Quid de la santé de nos habitants ? Quelles sont les mesures envisagées par l'actuelle majorité ? Et les autres partis ?
Faut-il rendre la population malade sous prétexte d' emplois ? 

 

http://plus.lesoir.be/125189/article/2017-11-20/la-population-vit-dans-un-air-dangereux-lappel-de-100-medecins-belges-contre-la

0
0
0
s2sdefault
powered by social2s

Dans quelques jours nous parlerons des poubelles

external image mow-lawn-copyright1.gif

 

(Texte de Jacques Ninane)

Taxe sur les secondes résidences


Définition d'une taxe (Larousse) :
Prélèvement à caractère fiscal, destiné à alimenter la trésorerie de l'État, d'une collectivité locale ou
d'un établissement public administratif en contrepartie d'un service rendu aux administrés.


La résidence secondaire (source Exa Compta) :
La résidence secondaire est une habitation autre que la résidence principale (le domicile, lieu où une
personne vit le plus souvent et y a son adresse officielle), c'est-à-dire une habitation où la personne
qui y loge y conduit des activités dites « secondaires ». Certaines personnes disposent de plusieurs
habitations qu'elles occupent à tour de rôle dans l'année. Par exemple, une personne qui vit dans son
appartement en ville onze mois de l'année et qui passe ses vacances d'été dans sa maison de
campagne, dispose de deux résidences. La première est qualifiée de Résidence principale et l'autre,
de résidence secondaire. De même, une personne qui voyage toute l'année d'une de ses nombreuses
résidences à une autre, ne disposera de fait que d'une seule Résidence principale et de nombreuses
résidences secondaires. Une résidence secondaire est un logement utilisé pour les week-ends, les
loisirs ou les vacances. Les logements meublés loués (ou à louer) pour des séjours touristiques sont
également classés en résidences secondaires.


La taxe "Secondes résidences" : - « La Libre » (septembre 2013)
"La Belgique taxe les occupants de secondes résidences à l'échelon provincial ou communal. Cette
taxe est basée non pas sur le droit de propriété, mais sur le fait que l’occupant n'est pas domicilié
dans ce bien et qu'il ne s'acquitte donc pas des impôts dont les entités tirent leurs principales
ressources financières. [...] Toutes les provinces et communes de Belgique ne lèvent pas cette taxe.
Et quand elles y souscrivent, elles sont plus ou moins libres d'en choisir le montant. Ainsi, la province
de Namur taxe ses secondes résidences d'un montant annuel fixe et forfaitaire de 75 €/an. [...]"


Note de jacques : ne pas confondre avec un bien mis en location dont les locataires y seraient
domiciliés officiellement. La taxe n’est pas d’application.

Note de la circulaire budgétaire Wallonne en la matière, juillet 2015 :
Les biens taxés comme « seconde résidence » ne peuvent donner lieu à l'application d'une « taxe de
séjour » des personnes qui les occupent.
La « taxe sur secondes résidences » peut varier selon
l'importance des secondes résidences. Recommandation d'un taux de 640 euros au maximum.
(Note jacques : à Durbuy, toutes les secondes résidences sont taxées forfaitairement à 640 euros. Il y
aurait un petit 1000 résidences secondaires dans la commune (ne pas confondre avec les hôtels,
chambres d'hôtes, gîtes à la ferme(ou autres), meublés de tourisme loués régulièrement pour des périodes
contractuelles déterminées courtes à des personnes différentes.

Avis du Conseil d'Etat suite à une plainte concernant cette taxe :
-"(...) la taxe (...) impose l’usage d’un immeuble, sous la forme d’un forfait, c’est-à-dire quel que soit le
revenu - théorique ou réel - que ce bien produit et, de manière plus générale, quel que soit le revenu
global imposable du contribuable;
- (...) l’objet premier de cette taxe est de frapper un objet de luxe dont la possession démontre dans
le chef du redevable une certaine aisance et qui ne revêt pas un caractère de nécessité comme
l’exercice d’une activité professionnelle ou la possession d’une première résidence; ..."

Mon avis :
Le principe de cette taxe est pour moi justifié.Les occupants d'une seconde résidence (non-inscrits au registre de la population de la commune
où se trouve cette seconde résidence) bénéficient de biens et services collectifs à caractères
multiples - administrations, infrastructures, loisirs, sports, embellissements, ...- que la collectivité
locale (notamment) finance. Les habitants, réguliers ou non, doivent participer solidairement aux
coûts.
Là où cette taxe est profondément injuste à Durbuy, c'est sur son aspect FORFAITAIRE .

Deux exemples :

- je possède une seconde résidence de 58 m 2 au total, WC compris, non-compris une ancienne
étable utilisée comme fourre-tout. Cette petite maison est une co-propriété (mon frère et moi)
datant du début du 19e siècle, aménagée modestement comme maison de vacances dans les
années ’70-80. Elle peut accueillir 2 personnes (3 en se poussant) avec un confort simple, il faut se
contenter d'un peu plus que le minimum. Elle est dans la famille depuis près de cent ans et j'en ai
co-hérité en 2012. Je paie donc 640 euros de TSR même si je suis domicilié dans la commune, car
mon frère est domicilié en région liégeoise.

- une maison de 200 m 2 a été achetée dans mon hameau comme seconde résidence, luxueuse, avec
immense jardin et piscine. Capacité 7 personnes. Le propriétaire paie 640 euros de TSR
également.
Les 7 personnes potentielles de cette maison utilisent les équipements et infrastructures de la
commune tout comme les 2 personnes de ma maison.
Ratio : 91,5 €/personne pour la maison de luxe et 320 €/personne pour la mienne.
Un occupant n'est donc pas égal à un autre dans sa contribution au financement des efforts publics
locaux, alors qu’ils les utilisent pourtant de manière égale.

En lisant le texte du Conseil d'Etat ci-dessus, je me demande qui a bien pu imaginer qu'une maison
de 58m 2 , très modeste, est « un objet de luxe démontrant une certaine aisance ». On aurait envie
d’ajouter « signe extérieur de richesse ». (Tu parles.)

CONCLUSION :
- au Conseil Communal de novembre 2012, les groupes CdH et ECOLO ont voté l’augmentation de
cette taxe de 525 à 640 €
, sans remarque. Les groupes PS et MR ont voté contre, ainsi que l’élu
indépendant M. Laurent. La taxe était de 5000 FB (125 €) dans les années ’90' et de 450 € en 2010.

- la taxe sur les secondes résidences à Durbuy frappe aveuglément et de manière impéraliste.
Oui à une taxe modulée au cas par cas - sur des critères d’espace viable et de qualité de logement, ... -
non à une injustice sociale qui n'a d'autre but que d’engranger des recettes communales faciles et
à toute vapeur.
La commune a le pouvoir de révision et modification de la taxe, elle doit donc l’utiliser. Taxer plus
les maisons imposantes avec un espace viable considérable et taxer moins dans les cas inverses.
- la Province taxe également les secondes résidences d’un montant forfaitaire de 50 €. La TSR
totale est donc de 690 €/immeuble à Durbuy.
Accessoirement , « La Libre » 09 2017
- "Alors que leur parc (de secondes résidences) augmente sur la côte belge, il reste stable en
Ardenne. Entre 2000 et 2010, le nombre de ménage belges disposant d’une seconde résidence en
Belgique a augmenté de 38 %. Sur quasiment la même période (2000-2008), la province de
Luxembourg en a perdu un peu plus de 0,5 %. L’offre est là (en 2017). Elle n’a jamais été aussi
importante, alimentée notamment par les maisons de village que les personnes âgées quittent
pour un appartement en ville. Mais la demande n’est pas terrible - du moins en secondes
résidences"
Jacques

Pièce à casser, ceci ne prétend en rien refléter l’exactitude administrative officielle, les
informations sont issues de sources multiples.

0
0
0
s2sdefault
powered by social2s

                                                                                                                                          

 

Bonjour,

 

Suite et fin de notre série de l'été 2017 "Le petit train touristique de Durbuy".

Dans ce 3e et dernier épisode, vous connaîtrez enfin le dénouement de cette intrigante affaire !

Tant sur Facebook que sur Twitter, elle a suscité de la passion, de l'interrogation, et même quelques fois des conclusions que certains impatients n'ont pu réfréner, pensant, à tort, à je ne sais quelle prétendue machination, voire soulevant peut-être même une hypothétique théorie de complot à l'encontre d'un investisseur venu du nord, d'une entreprise locale, voire même contre la Ville elle-même, rien de moins ! Tout cela n'étant évidemment que de la spéculation gratuite destinée probablement à créer le malaise ou à me déstabiliser.

Il en faut davantage pour m'impressionner, et c'est donc l'esprit serein que je me suis mis à la chasse aux réponses.

Pour vous épargner une longue lecture, si la législation n'est pas trop votre tasse de thé, vous pouvez télécharger une copie des courriels reçus tant de la RW que du Fédéral (SPF) sur ce lien (13 pages PDF), ils éclaireront votre lanterne, si j'ose me permettre cette métaphore de chef de gare !

Ma quête à commencer le 28 juillet 2017, en pleine période de vacance, interpeller les administrations dans la fourchette juillet/août, ce n'est pas vraiment l'idéal pour obtenir rapidement des réponses, et pourtant, en début septembre, mon dossier était pour ainsi dire complet. Il ne me restait qu'à obtenir la position communale par rapport à la problématique.

Le 9 septembre, j'ai interpellé le Directeur général et le Collège sur le sujet, le 12 par courriel, la réponse m’était annoncée, le 14 le facteur déposait la lettre officielle dans ma boite, je dois souligner la rapidité exemplaire avec laquelle la commune a traité ma demande.

Le dossier se clôture donc aujourd'hui, sous réserve d’une vérification à la DIV (La Direction pour l'Immatriculation des Véhicules), avec une heureuse nouvelle, l'exploitant de l'engin, la société LPM de Durbuy dispose d'une autorisation du collège, consentie en bonne et due forme le 12 octobre 2016, la délibération, sous la référence n° 48, autorise l'exploitation en tant que "Divertissement public" et délivre ainsi à la société LPM le permis adéquat à l'usage commercial du train miniature touristique sur la voie publique, le singulier étant employé, j'en déduis qu'un seul engin est actuellement utilisé, conformément à l'autorisation précitée.

Cette autorisation n'est pas limitée dans le temps, elle ne nécessite donc pas en l'état, d'une demande de prolongation. Ainsi, il est possible d’en déduire que et tant que le véhicule satisfait aux divers prescrits du code, il peut être utilisé.

Le conducteur du train est un ressortissant belge, employé par LPM, il dispose d'un permis de conduire conforme à la conduite du véhicule, pour autant qu’il soit requis (voire dans les annexes).

L'utilisation d'un engin sous immatriculation portugaise s'explique assez simplement, le constructeur du train commandé par LPM ayant fourni un véhicule ne répondant pas aux attentes du client (LPM), il a été renvoyé, un train conforme a été prêté par le fournisseur en remplacement de celui ne donnant pas pleine satisfaction, juste le temps de la mise en conformité de la chose achetée.

Il n'empêche que l'utilisation d'un véhicule étranger sur le sol belge soit réglementée, je suis le dossier de près évidemment, mais pour l'instant, rien ne permet de penser que l'exploitation soit contraire à la réglementation, tant fédérale que locale.

Avec ses renseignements puisés à la source, le train est bel et bien en gare, vous pouvez, le cas échéant, l’employer en confiance, pour un tour de Durbuy, à l'instar des milliers de touristes l'ayant utilisé avant vous depuis octobre 2016.

Si à Durbuy, on n'a pas de rails, il n'empêche que l'on sache y faire rouler les petits trains électriques.

 

A bientôt,

Alain ROPPE

  

0
0
0
s2sdefault
powered by social2s

Bart Maerten, le partenaire local de Coucke, en a assez des critiques. "SOS Durbuy est un groupe marginal qui est contre tout, le reste de la population se montre positif. J'ai déménagé à Durbuy quand j'étais petit, j'ai développé une entreprise familiale de classes nature pour les écoles. Nous voulons améliorer la région, nous ne voulons pas manger tous les autres commerces. Et je n'ai encore jamais entendu Marc parler du château. Même si on ne sait jamais avec lui." Extrait du Knack, le vif du 11/08 Nathalie Carpentier sous le titre de "Le Durbuy de Marc Coucke: "Ceux qui ne sont pas assez chics sont mis à la porte"".

Personne ne reconnaît les mérites de Monsieur Maerten. Ce (presqu')enfant de la région a fait ses études au collège Veurne à Furnes ce qui lui donne ce petit accent que nous aimons tous.
C'est pratiquement tout ce que le grand public sait de lui.

Pas grand chose direz-vous.
C'est vrai. 
Mais nous lui devons notre existence.
Sans lui, nous n'existerions pas. Il a été à la fois moteur, carburant et comburant de SOS Durbuy, de l'ASBL Pays de Durbuy et de la liste citoyenne Changer ? Changeons !
C'est pour cela que nous le remercions.

Car ces 3 structures citoyennes dépassent largement l'entreprise de Monsieur Maerten. Qu'il ne se tracasse pas, nous ne lui voulons pas de mal.
Nous ne sommes pas contre tout. Nous avons une multitude des choses en commun.

Comme lui, nous aimons notre commune, comme lui, nous aimons l'Ourthe, comme lui, nous désirons son développement.
Mais, il y a quelque chose qui nous sépare. C'est comme la différence entre le cochon et l'homme, 99% de l'adn est pareille, c'est le pourcent qui fait la différence.
Nous nous aimons Durbuy avec des touristes qui acceptent notre culture et viennent s'y baigner, nous aimons l'Ourthe sans Kayaks et un développement décarbonné.

Finalement, le marginal, contre tout, ce pourrait être Bart Maerten.
Il est seul et nous sommes nombreux...

Merci !


Changer ? Changeons !

0
0
0
s2sdefault
powered by social2s

Pas besoin d'aller chercher un chef étoilé dans d'autres contrées
ou des animateurs bilingues néerlandais anglais,
Non, nous avons le labyrinthe, c'est de chez nous et pour nous.
Nous pouvons en être fier. Beau, bien fait, propre, plus simple qu'il y a quelques années.
On peut y passer la journée avec Aladin (ou sans).
Le labyrinthe, un bel accueil, de beaux jardins, des jeux rigolos et des acteurs au top.

Allez-y avec vos petits, min 4 ans, 6 ans, c'est mieux.
J'y ai été avec mes petits enfants, souvenirs assurés. 

http://www.lelabyrinthe.be


Changer ? Non... Pas cette fois ! Alors ne changeons pas !


Partageons-le 

 

0
0
0
s2sdefault
powered by social2s

Sortez les masques et les mouchoirs, le 18 juin prochain, la pollution débarquera plein pot à Durbuy Vieille Ville.
Le Parc Baudouin va en effet accueillir des dizaines de véhiculesde la marque  «  Maserati ,» de tous types, ces puissantes mécaniques débarquent chez nous pour le seul plaisir des membres du club "Maseratisti Fiamminghi" ce qui signifie "Maserati flamande" ! Pour de belles Italiennes (conçues à Bologne), c'est un comble...!

Un financier flamand investit chez nous dans un esprit "Nature" (dit-il) et stoppe les activités motorisées qui existaient (mais rendues illégales auparavant sur décision judiciaire), et aujourd'hui, voilà des gens de West- Vlaanderen débarquant avec des véhicules qui affolent les aiguilles des réservoirs à essence. Exemple, la Maserati 3200 GT consomme en conduite plutôt agressive, certains(es) diront sportive, pas moins de 25 litres au 100 km, soit  plus de 4 fois plus qu’une Renault break de 2006 !

Imaginez alors la consommation des dizaines de bolides attendus.

La pollution de l'air dans la cité médiévale sera à son paroxysme avec tous les moteurs de ce smonstres vrombissant à l'unisson, histoire d'abreuver les chevaux (fiscaux).

Dans le contexte du réchauffement du climat, des accords de Paris lors de la conférence des parties sur le climat (COP 21 en 2015) mais aussi et peut-être surtout de la convention des Maires récemment signée par le Bourgmestre de Durbuy, engageant la commune à des actions locales visant la réduction des polluants néfastes au climat, CELA EST INADMISSIBLE.

 

Cette expo- organiser de véhicules, certes très beaux (si on aime ce genre), mais aussi hyper gourmands en benzine, doit amener chaque citoyen à

se poser la question en regard à cette déferlante polluante : de qui rit-on ?

On sort un arrêté communal interdisant le stationnement des motos au centre de la vieille ville pour cause de pollution (bruit et échappement) et rien pour des monstres automobiles friands de la benzine par citerne entière ? Le pouvoir de l'argent n’est vraiment pas loin ... 

Le trou dans la couche d'ozone, c'est la faute aux vaches, et le réchauffement du climat, une invention chinoise (selon Trump).  Il serait temps de se bouger, pour notre environnement, pour la qualité notre air, et de notre quiétude campagnarde, 3 éléments en voie d'extinction, et ce n'est pas uen blague, ouvrez les yeux, les oreilles et le nez,  c'est la réalité dans le Durbuy d'aujourd'hui, et cela doit changer.

Mesdames et Messieurs les membres du Collège et Conseil de la commune de Durbuy, faites interdire d’urgence ce cirque polluant et tous les autres à venir. Soyez logique avec vous-mêmes.

Merci pour notre qualité de vie A TOUTES ET TOUS !

 

Le Collectif SOS DURBUY

 

 

0
0
0
s2sdefault
powered by social2s

Il y a des bruits.
 Adventure Valley ne respecte pas la législation en vigueur concernant les kayaks : trop de kayaks dans trop peu d'eau.
Un autre bruit, plus discret, chatouille nos oreilles : les autorités compétentes, Bourgmestre  et Ministre,  seraient d'accord.
Normal direz-vous ! Détruire totalement 10 km de rivière sous la bannière "La nature au bout des doigts", semble logique.(Pour rire)
Ce qui l'est moins c'est la permission donnée à un opérateur de mettre la santé de ses clients en danger.

L'eau doit respecter des normes sanitaires strictes pour être une zone de baignade. Sur le territoire de Durbuy, la pollution est telle qu' aucun tronçon ne respecte ces normes.
La baignade est donc interdite partout ! 
Lorsqu'il fait chaud, les kayakistes ne se gênent pas pour prendre un petit bain frais, s'il n'y a pas d'eau assez, ils portent la barque, bref ils se baignent.

La question est double : une entreprise peut-elle mettre en danger la santé de ses clients pour générer des revenus ? Là, on dit non. Adventure Valley devrait renoncer à ses kayaks puisqu'elle connaît les dangers.
(Si elle continue, un jour ou l'autre, elle sera au centre d'un scandale qui signera le glas de ses activités.)
Un bourgmestre, ou un ministre, peut-il autoriser cette entreprise à agir ainsi alors qu'il connaît les enjeux de santé publique ? 
Ne pourrait-on pas parler de non-assistance à personne en danger ? De mise en danger de la santé des touristes.
Quel est le degré de responsabilité politiques en cas d'intoxication grave ? 

Et nous, on sait aussi ...! 

Alors.

 



 

0
0
0
s2sdefault
powered by social2s

La convention des maires est une initiative de l'Europe.

"Les villes signataires s’engagent à agir pour soutenir la mise en œuvre de l’objectif de réduction de 40 % des gaz à effet de serre de l’UE à l’horizon 2030 ainsi que l’adoption d’une approche commune visant à atténuer le changement climatique et à s’y adapter.

Les signataires de la Convention ont notamment pour mission de préparer un Bilan des émissions ainsi qu’une évaluation des risques et de la vulnérabilité liés au changement climatique afin que leur engagement politique se traduise en mesures pratiques et en projets. Ils s’engagent à soumettre, dans un délai de deux ans suivant la date de la décision du conseil municipal / local, un Plan d’Action en faveur de l’Energie Durable et du Climat (PAEDC) exposant les actions clés qu’ils prévoient d’entreprendre"

Durbuy n'a pas signé la convention des maires. 
Dans un premier temps, nous nous sommes dit que l'environnement n'était pas la priorité du CDH. 
L'échevin de l'environnement est particulièrement inactif à Durbuy.
La minorité n'est pas plus active.
Puis en grattant un peu... il y a à Durbuy une politique affichée de tourisme de masse.
Là, ça coince.
Lorsque 1.000.000 de personnes viennent à Durbuy, ça fait +/- 300.000 véhicules, 45.000.000 km parcouru pour venir, se promener et rentrer chez soi, et (moyenne pour une voiture de 1600cm3) un peu plus de 11250 tonnes de CO2 dans l'air...
L'actuel collège pense que ce n'est pas assez et qu'il faut en faire venir plus encore. D'où Coucke et consorts.
C'est le contraire de la politique souhaitée pour réduire les gaz à effet de serre.

Signer cette convention, c'est mettre Coucke et LPM dehors, mettre en place une autre mobilité, créer des emplois sans carbonne, faire un tourisme de qualité, générer d'autres sources d'énergie, modifier les pratiques forestières et agricoles...inventer le fonctionnement communal de l'après CO2.
Réformer !



Changer, changeons !

 

0
0
0
s2sdefault
powered by social2s

La curiosité est un vilain défaut.
Si vous tapez "Hanyu" dans votre moteur de recherche préféré, vous trouverez un "Whisky Pur Malt", un patineur qui "tourne à l'envers", un projet de transcription de la langue chinoise et une école de langue chinoise.

Ce n'est pas ce que je cherche mais bon.
Si je tape "Hanyu Durbuy". Miracle! Je tombe sur ceci

"Dans le cadre du jumelage avec Hanyu, un sculpteur local, Hiraï, avait participé à notre symposium 2015
Pour fêter le 150ème anniversaire d’amitié belgo-japonaise, un sculpteur de chez nous se rendra à Hanyu au mois de Novembre.
William Livermore de Morville se rendra sur place et sculptera avec l’aide d’Hirai une œuvre symbolisant l’amitié.
Ce sera également l’occasion de présenter Durbuy et les produits locaux
."


0
0
0
s2sdefault
powered by social2s

 

Vous avez lu ? Moi aussi.
Alors, on va faire comme à l'école et poser les questions qui tuent.
1/Le magazine "Vivre la Wallonie", c'est quoi ?
 

Vivre la Wallonie est le magazine d'information de la Région wallonne édité par la Direction de la Communication externe du Service public de Wallonie. Il a été créé en septembre 2008
Il est possible de s'abonner sur le site de la Région wallonne pour recevoir gratuitement le magazine.
C'est donc la gazette officielle du SPW.
 

2/ Décriptage de l'article.

  • Financement du parking de LPM: 576764 € versé par la région.
  • Les visiteurs vont passer plusieurs jours dans le parc. On est donc bien dans le cas d'un parc avec Hôtels, restaurants, gîtes et autres logements. Quid des entreprises existantes. Nous demandons depuis des mois l'organisation d'une étude d'incidence sur l'économie locale... en vain.
  • Le parc fait 300 ha. càd les deux bois communaux "à vendre", les biens de LPM actuels + les acrales et le domaine de Hottemme.
    La RW pense donc que tout est fait et vendu.
    A Durbuy et à la région.
    Avec une vrai magouille à Hottemme pour attribuer le parc à Coucke/LPM/Bontemps. ?
  • Le touriste va payer pour se balader dans une nature aujourd'hui gratuite... c'est marqué noir sur blanc.
    Mais les autochtones ne pourront plus se promener...sauf s'ils paient !

Encore un petit truc.
René, il y a, à Durbuy, des citoyens, des habitants, des villages... Durbuy, ce n'est pas juste des nuitées, des couverts ou des entrées d'attractions.
A Durbuy, il y a des gens qui pensent que "les petits arrangements entre amis" ne sont pas démocratiques et qui comptent le faire savoir.
A Durbuy, il y a des citoyens qui disent NON !
Le pays de Durbuy en fait partie, comme les membres de SOS-Durbuy...

Changer ? Changez !

 


 

0
0
0
s2sdefault
powered by social2s