C'est quoi, l'environnement ? C'est vous ! 
Au milieu de votre maison, jardin, prés et champs, forêts, routes, voitures, silence, bruit...
 
C'est vous avec votre travail, vos voisins, dans une même rue, un même village, une même commune...

L'environnement ce ne sont pas ces choses abstraites qu'on appelle la faune et la flore ou même la biodiversité ! 
Non ! L'environnement, c'est vous, c'est moi, votre fils, votre fille, vos (nos) petits enfants et pour les plus chanceux, vos (nos) arrières petits-enfants.
C'est vous et moi, avec nos (mauvaises) habitudes, nos délires, nos besoins.

L'environnement, c'est un concept humain. Ce sont les hommes et les femmes qui l'ont inventé (le concept).

L'environnement, c'est l'humain qui le transforme, le façonne à son image pour en faire un milieu qui lui convient.

Mais voilà. Patatra ! 
Nous avons fait des erreurs et au lieu de nous servir, notre nouvel environnement devient pour tous une charge et pour certains une souffrance.

La faute à qui ? Pourquoi ? On s'en fout !

Les changements climatiques sont là, les maladies liées à la pollution de l'air aussi. (Cancer du poumon, maladie cardio-vasculaires, asthme, allergies diverses, etc. (Source OMS)) Et nous ne parlerons pas des pollutions chimiques.
Toutes ces choses font partie de notre environnement actuel.
Je pense, à titre personnel, que vivre dans cet environnement n'est pas acceptable, mais aussi au titre plus général que participer à un environnement qui rend mon voisin, ma voisine, mon enfant ou mes parents malades ne trouve nulle part de justification.

IL faut donc changer.
Évidemment, on peut tous changer de vie, élever des moutons dans le Larzac, des chèvres sur le Mont Pelé, faire son potager, partager sa voiture et prendre son vélo pour aller au travail.
Ce ne sera pas suffisant... Tout le monde le sait.
L'effort doit être collectif pour être payant. 

À Durbuy, il y a la convention des maires, c'est bien mais tronqué, car seuls les gaz à effet de serre des habitants sont comptabilisés et pas ceux des touristes. Or, les gaz touristiques sont plus importants que les gaz des habitants...
IL suffit de convertir les stats des déplacements et habitations de nos habitants en CO2 et de faire de même pour les touristes 1800 (1800 voitures ?) maisons pour les seconds résidents avec 300 km (A-R) chaque semaine, 169 gîtes reconnus (600 voitures ?) avec 250 km A-R, 1500 (? plus sans aucun doute) voitures chaque semaine chez Adventure Valley, et si j'ai bien compris Ph Bontemps 7000 voitures à Durbuy Vieille Ville. (ET, je ne parle pas du charrois et des antiques bus des opérateurs touristiques)

Si personne ne parle d'environnement à Durbuy, c'est pour cette raison. Le tourisme.
On voit mal Philippe Bontemps et son équipe dire à Marc Coucke vous polluez trop, il faut fermer Adventure Valley Durbuy pour que nous puissions réduire nos gaz à effet de serre de 20 %.
On voit mal également Commune Passion se positionner contre le tourisme de masse alors qu'ils ont participé largement à son développement depuis 40 ans.
Pour écolo, c'est une question de personnes...L'actuel tête de liste ayant occupé un poste clé au Commissariat Général Au Tourisme. Il a aidé ce tourisme à se développer durant toute sa carrière. On le voit mal le condamner aujourd'hui.

Le problème, c'est que sans décision politique, il n'est pas possible d'agir durablement. Nous sommes comme des musiciens sans chef d'orchestre. 
Ce que nous faisons tous dans notre coin ne donne qu'une énorme cacophonie.

Il faut des relais politiques, des décisions simples, tournées vers le long terme et des effets immédiats sur la santé publique.
La production d'énergies renouvelables pour et par les habitants (via des coopératives existantes), une interdiction des véhicules les plus polluants (on le fait bien à BXL ou à Paris, notre pollution n'est pas inférieure), la réduction des vitesses des véhicules, une politique de rénovation et d'isolation des habitations... Etc.

Mais aussi une politique touristique différente, respectueuse des habitants  de leurs besoins et de leur santé.

Changeons!

Bernard Adam 2018

En annexe le dossier concernant la modification du type d’égouttage pour les 3 bâtiments de la Jastrée.
Dossier épais comme une feuille à cigarette.
Mais tout de même interpellant.

Plan

1- On sait que cet établissement n'est plus en ordre d'égouttage depuis au moins le 02 mars 2011. (bien avant...)
Personne n'a pris la responsabilité de le fermer l'établissement ou d'obliger le propriétaire ( Mutualité Socialiste Flamande ) à faire les travaux nécessaires.

Nous sommes en présence d'un permis permanent de polluer.

2- Nulle part, il n'est fait mention du débit acceptable par les tuyaux en place ? Ajouter un équivalent 100 eh ne risque t-il pas de noyer les utilisateurs en aval ?
De plus la Jastrée est à vendre. Les bâtiments sont vétustes et inadaptés, en l'état, à toute nouvelle utilisation de type touristique.
LPM/Coucke est propriétaire de la partie occupée par l'ancien hôtel 'La chambre d'amis' (parcelle 604x situé devant la Jastrée) également concerné par la modification.
C'est une zone située en zone d'habitat (pas en zone d'habitat rural), on peut donc y construire pratiquement ce qu'on veut.
La question est de savoir ce que le nouveau propriétaire  pourrait en faire ? Les deux parcelles ensemble, c'est 1.5 ha.
La jastrée seule , c'est 1.1 ha. On pourrait y construire bien plus grand...

Quelle est la marge d'utilisation possible des égouts en aval, rue Petit Barvaux ? (sans noyer les riverains et sans travaux financés par la collectivité ?)

Rien ne figure dans cette étude...

Interpellant non ?
Je serais riverain...je me poserais des questions.

Dossiers Aive   Durbuy

Les canettes, les pets et autres bouteilles de soda encombrent les fossés, les filets d'eau, les bords de route... Hé oui.
6.000.000 d'euros pour ramasser + une belle somme en pub pour "sensibiliser... Beaucoup d'argent pour ne jamais régler le problème de fond.
Cette politique réduit l'impact, mais pas l'existence des déchets. Pourtant, il n'y en a pas de meilleurs que ceux qui n'existent pas
Pourquoi ces objets sont-ils partout ? Comment en réduire le nombre. D'autres pays, bien plus libéraux que nous, ont résolus le problème... En faisant payer les vidanges.(Consigne)
L'Allemagne par exemple. Cette bouteille d'eau en plastique achetée 0,11 € pièce se retrouve à la caisse avec une vidange de 0,25 € et coûte 0,33 €. 


Autant dire qu'il en traîne peu et que celle qui pourraient se retrouver dans la nature sont ramassées par les gamins pour être rendues en magasin.
6.000.000€ suffiraient sans doute pour financer une telle mesure, et même s'il en fallait 3 fois plus, les budgets déchets des communes s'en trouveraient également allégés.
Les taxes communales également.


Faut simplement une volonté de changer de point de vue. Supprimer la source des déchets !

Cet article a été rédigé par Bernard Adam sur base des suggestions de Monsieur Gérard Lombet, que nous remercions.
Alors que les commerces ferment un à un à Barvaux et que les cellules commerciales vides, petites et grandes, se multiplient...!

gare de Barvaux
-------------------------------------

Barvaux a connu son heure de gloire avant la fusion des communes.
Ce petit bourg, commerçant et dynamique, était le centre touristique et commercial régional (Durbuy n'était qu'une anecdote...), le centre logistique de Belgacom, un centre de tri postal, une justice de paix, bureau du cadastre, une grande surface au centre et de multiples commerces dans la grand-rue.
Tout a lentement disparu après l'arrivée du CDH au pouvoir. (je n'invente rien)
Mauvais choix stratégiques, mauvais aménagement, manque d'entretien et politique privilégiant les investissements dans Durbuy Vieille ville au détriment des villages et des centres "historiques".
Si le notaire Ledoux s'était installé à Barvaux, Durbuy serait toujours comme dans les années 60.


Le mal est fait.
Lorsqu'on interroge les jeunes de Barvaux, ils trouvent l'environnement dégradé, peu agréable, le village pas propre...Barvaux morne village !
Pas propre ?

Nettoyons.
Nettoyons les murs crasseux du parking de la place du Marché
Et ceux du pont sur l'Ourthe
La rampe d'accès au parking est à maçonner. 
Une petite couche de bitume et un marquage au sol pour gagner quelques places de parking sur la même place.
Des fleurs au pied des arbres. Des plantes grimpantes, des vivaces...
Des poubelles propres et vidées chaque jour.
Des rues brossées et entretenues régulièrement.
Le long de l'Ourthe, quelques "personnages" pour rappeler le prestigieux passé de Barvaux.

Les ruelles, les placettes, les petits coins sympas nettoyés, désherbés et fleuri.
Tous ces immeubles vides, mal entretenus, ces entrepôts qui croulent ? Taxons les, fortement, incitons les propriétaires à leur rendre une fonction.

Entretenons ce que le passé nous a légué. Donnons vie à la place Basse Sauvenière, organisation d'évènements, marchés de terroir, jeux pour enfants, marché aux fleurs, fête de la pêche ou fête de la musique. Puisque cette place est piétonne, Monsieur le Bourgmestre, c'est votre travail de chef de police de faire dresser des procès aux contrevenants.
Que dire de la salle Mathieu de Geer et de son environnement, des pavés qui manquent, des parterres dévastés, une plaine de jeux laissée à l'abandon.. Bientôt l'ensemble pour les 1500 kayaks de LPM ?
Le tennis va déménager...

Les enfants et les jeunes n'ont plus de place pour jouer ou se réunir à Barvaux

Il y a plus de 200 places dans les parkings publics. Mais ils ne sont ni clairement indiqués ni aménagés correctement.
Mettons en place des parkings "minute" pour les clients.

Que dire également du quartier de la gare qui croule sous les poubelles, les canettes et les bouteilles en plastique.

Ouvrons les yeux ! Rendons à Barvaux son faste d'antan. Donnons à notre population ce qu'elle mérite. Du beau !
Entretenir notre patrimoine, c'est le travail de tous !


Arrêtez d'accepter les grandes surfaces à l'extérieur de la localité. Ce n'est pas de l'emploi.Pour 1 emploi dans la distribution industrielle, c'est 3 emplois directs et 2 indirects supprimés.
C'est la mort des centres...

Dire qu'il y en a encore qui pensent qu'investir 4.000.000 € dans un parking, c'est bien. On croit rêver! 

Changer ? Changeons !
 

Mail destiné au collège et directeur général le 31 janvier et à ce jour sans réponse.

Monsieur le Bourgmestre,

Mesdames et Messieurs les Échevins,

Vous avez autorisé le 27 avril 2016, l'abattage d'épicéas et peupliers sur la parcelle 469C (Rome)
1 . Il y a une erreur sur le numéro de la parcelle, 469E
2 . L'engagement du demandeur de maintenir en place la haie vive n'a pas été respecté. En effet, la haie a été détruite sur une longueur de ± 120m le long de la rue des Aguesses.

Nous souhaitons connaître les mesures que vous comptez prendre à ce sujet.

Nous vous prions d'agréer, Monsieur le Bourgmestre, Mesdames et Messieurs les Échevins, nos meilleures salutations


B.Adam

 

Changer ? 

Changeons

Nous sommes tous avertis...notre rôle est de payer une taxe poubelle en constante augmentation depuis...10 ans.

Petite remarque à l'administration: 90% des transactions bancaires sont électroniques et la majorité des banques n'ont même plus de guichet. Demander d'utiliser obligatoirement  le bulletin est une ineptie.
Petite question au collège échevinal: quel cadeau a fait Belfius à la commune pour la pub faite par l'utilisation de son logo sur tous les bulletins de virement communaux ?
C'est de la pub cachée mais de la véritable pub.