J'aime l'art contemporain. Il me fait rire, me met de bonne humeur.
C'est un art qui porte la révolution. 
Dématérialisation, conceptualisation, hybridation, éphémérisation et documentation forment le paradigme de l'art contemporain.
Son but ultime pourrait être de se moquer, de faire rire et  (Nathalie Heinich, Le Paradigme de l’art contemporain, Gallimard)

Différent de l'art moderne, il est établi comme "une transgression généralisée" mais sa première caractéristique, c'est d'être inscrit dans le présent.
Le présent ! Hé oui !
L’expression « art contemporain » s’est imposée à partir des années 80 quand les pouvoirs publics ont commencé à promouvoir et soutenir la création contemporaine. (http://artdesigntendance.com/cest-quoi-lart-contemporain/).Il concerne les oeuvres des années postérieures à 1945.

Durbuy va ouvrir prochainement son centre d'art contemporain à la Halle aux blés. La plus petite ville du monde ouvre le plus petit centre d'art contemporain au monde.
C'est moqueur mais pas innocent. Un centre d'art contemporain demande de la place, le parc des topiaires et son parking réaménagé aurait mieux convenu ou même le Domaine de Hottemme
Ce matin, Gilbert Laloux parlait d'expos Magritte et Delvaux. C'est dommage de réduire de tels artistes à un aussi petit local.

Reste que les questions  sont nombreuses tant il y a des zones d'ombre dans ce projet.
Cette nouvelle attraction à Durbuy n'a-t-elle pas d'autres philosophie que de s'intégrer dans le grand dessein de privatisation du domaine public (La Halle aux blés, les Topiaires, Hottemme)
À moins qu'il ne s'agisse d'un marche-pied pour un autre projet ?
Un cadeau entre amis ?
Un remerciement pour services rendus ?

Un tel centre interresse t-il les habitants de la commune ? 
C'est un financement public : ne serait-ce pas mieux de mettre en avant les artistes de la région ? Contemporains également !


Moi, j'aime l'art contemporain, car il me fait rire.
Mais là, je ne ris pas.
Est-ce du lard ou du cochon ?

A moins qu'on ne m'explique ! Clairement...


 

0
0
0
s2sdefault
powered by social2s

Un évènement culturel unique se déroule tous les deux ans à Barvaux (derrière le tennis), c'est le symposium de sculpture.
Le titre est un peu ronflant pour ne pas dire plus, on aime péter haut.

C'est une prestation pleine de poussières et le bruit des machines nuit souvent au dialogue.
Durant 15 jours, seuls devant leur pierre qu'ils doivent interpréter, les artistes vont réaliser une œuvre proposée quelques mois auparavant.
Parfois, la pierre réserve de sombres surprises, parfois de belles interprétations.

Les écoles peuvent venir admirer tout ce petit monde, les élèves comprendre le pourquoi du comment du peut-être.
Ils sont guidés sur place par l'équipe de l'Office Communal du Tourisme. Qui sait si ces petites têtes blondes, noires ou basanées ne sont pas les artistes de demain.

Je suis fan.
Nos tailleurs de pierres rivalisent avec ceux du monde, à chaque pays sa technique et sa symbolique.
Ce doux mélange donne des œuvres énigmatiques, ludiques ou à double sens qui ne laissent pas indifférent.

Quel dommage que l'on ai pas créé un parc pour ces œuvres. Il y avait Hottemme le voilà transformé en hôtels pour consommateurs d'environnement. ! 
Nous aurions pu en faire un superbe centre pour nos artistes, peintres, sculpteurs, comédiens ou écrivains.
Notre région a du talent, elle regorge de talents.

Je suis fan de ma région.

Du 20 mai au 04 juin

Renseignements sur le site de la ville de Durbuy

Symposium 2015

 

Changer ?, Changeons !

0
0
0
s2sdefault
powered by social2s