"Et moi et moi et moi" aurait chanté Jacques Dutronc.
Nous sommes plus que d'autres concernés par ces particules fines.
Non, je ne vais pas "encore" taper du sucre sur un opérateur touristique. 
Il ne représente pas grand chose à l'heure actuelle à ce niveau.
Il y a une petite bande de terre de chaque côté de l'Ourthe qui commence à Grandhan pour de terminer à Bomal qui est particulièrement concernée.
La concentration touristique et commerciale y est maximale, la circulation aussi.
Bus, camions, voitures particulières, camionnettes, poussières diverses dans un univers bétonné, macadamisé et cimenté.
Nous sommes quasi contents que finisse la saison touristique pour retrouver un peu d'air respirable.
Sauf que nous prenons de relais, dans nos maisons mal ou pas isolées, les chauffages au mazout, les poêles à bois (et les feux de jardin) empoisonnent notre air et le rend dangereux pour notre santé.

J'exagère ? Hmm...(Source - https://www.les-crises.fr/la-pollution-aux-particules-fines/)

Particules fines ?

  • celles comprises entre 10 et 50 micromètres. Elles nous intéressent peu, car elles sont retenues par les voies aériennes supérieures (nez, bouche) ;
  • les PM10 : particules en suspension dans l’air, d’un diamètre inférieur à 10 micromètres. Entre 2,5 et 10 µm, elles sont appelées particules grossières. Elles sont dites “respirables” ou “inhalables” car elles pénètrent dans les bronches ;
  • les PM2.5 : dont le diamètre est inférieur à 2,5 micromètres, appelées « particules fines ». Elles représentent environ 60 % des émissions de PM10. Elles pénètrent dans les alvéoles pulmonaires, d’où leur surnom de particules” alvéolaires” ;
  • les PM1,0 : dont le diamètre est inférieur à 1,0 micromètre, appelées « particules très fines». Elles représentent environ 70 % des émissions de PM2,5 et donc 45 % des PM10.
  • les PM0,1 : dont le diamètre est inférieur à 0,1 micromètre, appelées « particules ultrafines » ou « nanoparticules ». Elles peuvent passer la barrière alvéolo-capillaire et se retrouver dans le sang.

Par qui ?...nous!

Soulignons qu’un des composant les plus dangereux pour la santé des PM2,5 est le carbone suie (ou Black Carbon, BC). Ces particules de carbones mesurent moins de 1 micromètre, représentent 30 % des émissions de PM1,0 et sont issues des moteurs à combustion (diesel essentiellement), la combustion résidentielle de bois, des centrales électriques, de l’utilisation du fioul lourd et du charbon…  On définit également les microsuies, qui mesurent de 0,05 à 0,1 micromètres et elles sont émises par la combustion du fioul léger (moteurs diesel, chauffage domestique), de l’essence, du kérosène et du gaz. Elles sont essentiellement carbonées, mais peuvent contenir du soufre si le combustible dont elles sont issues en contient (fioul léger, par exemple). Elles pénètrent donc très profondément dans le corps humain. Leur légèreté fait qu’elles contaminent les plus hautes couches atmosphériques et sont donc responsables d’une pollution globale

Nous y voilà !

Nous générons nous-même les particules les plus dangereuses, celles qui nous empoisonnent et finissent par nous tuer.

Je n'ai qu'une toute petite voix, pas celle d'un ministre prétendant que notre air n'est pas pollué, comme si la pollution s'arrêtait à la frontière linguistique, au ring de Bruxelles ou à la prison de Marche.
Les particules fines, les plus fines se trouvent en suspension dans les hautes couches atmosphériques et redescendent sous l'effet du vent ou des inversions de pression, elles viennent s'ajouter à celles que nous produisons.

Et ça, c'est notre responsabilité.

0
0
0
s2sdefault
powered by social2s

Rien ne semble ébranler notre personnel politique.
Jamais il n'a ainsi "craché" sur l'environnement, à Durbuy comme ailleurs. Chaque jour nous produisont de plus en plus de gaz à effets de serre.
On prône un tourisme de masse au dégagement de CO allucinant, on transforme des terres agricoles en parkings et on rase les forêts pour construire des chemins ou des jeux à la Tarzan
Pas un parti à Durbuy ne préconise plus de sagesse et une reflexion sur le tourisme.
Personne ne parle d'environnement comme élément d'analyse de projets
A Durbuy, on fait mieux, là où on va raser 3ha de forêt pour construire une tour de 38 m de haut: 

 

Je rêve.!


D'après "La Croix" (Je lis aussi parfois la croix):

"Alors que l’ouragan meurtrier Irma continue de frapper les Caraïbes, les météorologues sont catégoriques sur un point : jamais un cyclone de catégorie 5 sur l’échelle de Saffir-Simpson n’avait duré aussi longtemps. Si leurs prévisions se confirment, sa puissance devrait rester maximale jusqu’à son arrivée sur les côtes de Floride.

Exceptionnel, Irma est-il précurseur d’un phénomène voué à durer ou même à s’amplifier ? C’est ce que pensent plusieurs scientifiques pour qui l’intensité de ces ouragans devrait se renforcer dans les années à venir. Météorologue à Météo France, Jérôme Lecou estime qu’« entre treize et dix-neuf phénomènes cycloniques » devraient avoir lieu cette année, contre une moyenne annuelle de douze.

À Saint-Barthélemy et Saint-Martin, l’ouragan Irma a provoqué des rafales de vent supérieures à 300 km/h qui, mêlées aux pluies torrentielles, y ont causé d’importants dégâts matériels. « Ces cyclones d’une intensité plus grande sont l’une des conséquences attendues du changement climatique », explique Valérie Masson-Delmotte, membre du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), dont les analyses climatiques font référence au niveau mondial.

Une température de l’eau environ 1,5 degré supérieur à la normale

Plus la température de l’eau et le taux d’humidité sont élevés, plus le cyclone peut prendre de l’intensité, précise la climatologue. Or ces deux éléments sont renforcés du fait de l’augmentation de l’effet de serre."

 

CQFD

 

 

 

0
0
0
s2sdefault
powered by social2s

Nous sommes tous concernés.
La politique communale, le développement, les transports, le tourisme, toute activité humaine doit passer par la lorgnette du climat.
Demain avec 2° d’augmentation, difficile adaptation mais possible.
Demain avec 7° d'augmentation, adaptation impossible.

IL faut être vigilant et bannir de gros projets polluants qui augmentent le trafic routier, les rejets de CO2 et de NOx.
La terre est un espace fini, une boule quasi ronde d'une surface habitable connue. Sa surface cultivable n'est plus extensible, coincée entre les besoins de régénération des forêts 
et l'augmentation de la population, l'agriculture ne peut plus se développer.
L'augmentation des températures va réduire les rendements et les surfaces agricoles. Les tensions à la hausse sur les marchés internationaux des dentées alimentaires ont été les principales causes des"printemps arabes"  et des guerres déclarées ou larvées en Afrique du nord.
Tôt ou tard, ces changements toucheront nos modes de vie, atteignant les plus pauvres, puis la classe moyenne.

Que faire au niveau de Durbuy ?
Stopper le gaspillage des surfaces à usage agricole.(Lotissements au milieu de nulle part, construction de villages de vacances surnuméraires, parking, urbanisation des campagnes...)
Stopper les projets et animations qui génèrent des trafics routiers importants et inutiles.
Faciliter les transports en commun. (Déjà en cours avec les proxy bus, voir forum de la mobilité, Grand Rue 24 à 6940 Barvaux S/O. 086/ 21 96 40 )
Aider à la réduction des chauffages polluants, isolation de l'ensemble du bâti.
Réintroduire les entreprises dans les villages pour éviter l'utilisation des voitures.
Favoriser le télétravail.
Demander à chacun un petit effort...
Réduire les polluants, les aérosols.
Réduire les pollutions de rivières(Supprimer les Kayaks ? La destructions des rivières par l'homme modifie le cycle du carbone)


 

Changer

0
0
0
s2sdefault
powered by social2s