Réunion du 28 mars 2018 du :

Conseil Communal de Durbuy

Compte rendu citoyen.

 

Bonjour,

 

Après que nous ayons défini le but à atteindre, aujourd'hui, je suis en mesure de vous dire que les efforts ont été payants, l'idée de Bernard Adam de filmer les réunions du Conseil communal de Durbuy est désormais concrétisée, ça tourne.

Il m'aura fallu pas mal d'énergie, de réflexion et de travail pour atteindre cet objectif, mais aujourd'hui, je suis satisfait du devoir accompli, et je savoure cette victoire, sobrement, avec une satisfaction toute particulière pour les citoyens de Durbuy, qui disposent maintenant de la possibilité de regarder la diffusion des réunions du Conseil communal en direct sur Internet, je pense notamment aux usagers faibles, aux handicapés, mais également à toutes ces personnes n’ayant pas un moyen de locomotion pour venir assister aux séances publiques, etc.

Tous les documents (courriels & correspondances) relatifs à ce dossier ayant en objet de filmer le Conseil communal se trouvent sur le site de “Changeons !“  à l'onglet "Conseil communal".

À cet instant, j'ai envie de citer feu le Général Sun Tzu qui écrivait dans son célèbre ouvrage « L'Art de la guerre » : L'essentiel est dans la victoire et non dans les opérations prolongées.

Et dans cette affaire de vidéo, j'ai vraiment eu l'impression, avec la signification que j’ai reçue du Collège et interdisant de filmer, que la majorité en place avait la ferme intention de tirer les choses en longueur.

C’était sans compter sur ma détermination et ma confiance dans le droit démocratique, il a été dit et rapidement, moins de 5 mois, j'en suis heureux.

Merci à Bernard, coordinateur de la liste citoyenne, pour son idée de filmer et son soutien indéfectible.

Ce 28 mars est à marquer d’une pierre blanche pour la démocratie locale Durbuysienne.

Avant d’attaquer le compte-rendu, il me faut encore vous informer que mes deux derniers courriels au Directeur général sont restés sans réponse, le premier signifiait que nous allions filmer le Conseil de mars 2018, le second demandait e.a la copie des délibérations du 28 février dernier.

Ces absences de réponses peuvent-elles s’expliquer par l'amertume de la défaite ? Car la majorité en place, et c’est bien connu, n’adhère pas à la contradiction, ils sont pratiquants du "C'est ainsi, et pas autrement !", dès lors, ils n'ont probablement pas apprécié que mon groupe emporte cette opposition de point de vue, c’est le cas de le dire pour de la capture vidéo ?

Si bien que laissé dans l’ignorance ou peut-être le mépris total, nous nous sommes rendus à la réunion du 28 mars correctement équipé de notre matériel de prise de vue, et stupéfaction, la commune avait décidé de procéder elle-même à la vidéo des débats, Monsieur Fostroy qui a en charge la com à la Ville de Durbuy était attablé devant un ordinateur servant à piloter la caméra et les micros installés pour l’occasion.

Ainsi que je m’y étais engagé, nous n’avons pas déployé notre équipement, faisant confiance à la commune pour la diffusion des images en direct sur le réseau social Facebook dans une page publique ouverte pour l’occasion.

Enfin, et à ma grande surprise, les délibérations approuvées (janvier & février) sont maintenant disponibles en ligne sur le site de la commune. Je m’étais déjà plaint à ce propos auprès du DG de la Ville pour le manque de publicité des délibérations et l’absence de leur publication sur le site Web communal, ce sont désormais choses faites, j’assimile encore cette avancée démocratique à l’action soutenue du mouvement “Changeons !“, qui démontre ainsi que même sans charge officielle, il a déjà la capacité de faire changer les choses.

Continuer de nous suivre, de nous soutenir, nous avons des idées, des projets, pour vous, pour la Ville, et nous entendons, évidemment, les mener à bien.

Et maintenant, voyons ce Conseil communal du jour, avec la première étape…

Elle compte 23 points en réunion publique, le reste relevant du huis clos. Pas de témoin, pas de caméra à cette seconde étape, la législation ne le permet pas, nous n’avons rien à y redire.

L’ordre du jour n’étant pas copieux, il ne devrait pas nous tenir longtemps présents dans la salle des Mariages, lieu habituel des assemblées des édiles.

J’ai remarqué un peu plus de monde qu’à l’habitude dans le public présent, cela étant vraisemblablement plus par curiosité pour cette histoire de prise de vue, que par strict intérêt politique.

Les membres du conseil arrivent vers 20 h 00 dans le brouhaha habituel, pour que vous compreniez mieux les images de la vidéo, je précise donc que les élus prennent place, la majorité à la droite du Bourgmestre et du Directeur général Monsieur Henri Mailleux, l’opposition à gauche de la première échevine Madame Laurence Jamagne (Liste du bourgmestre) et du Président du CPAS, Monsieur Bernard Chariot. Le Mayeur officie comme Président de séance.

Suive ainsi dans l’ordre et du côté gauche, le groupe PS, le MR (Horizon bleu ciel) et pour refermer le cercle Madame Micheline Têcheur pour le Groupe Écolo. Voilà donc l’ensemble des acteurs en scène, la caméra tourne déjà depuis un bon moment.

Il est maintenant grand temps pour le Bourgmestre Philippe Bontemps d’ouvrir la séance.

Ce sera très bref, plus bref que jamais, et à mon grand étonnement, pas un mot sur la liaison Internet et la présence de Monsieur Fostroy, faisant office d’opérateur cinématographique pour la circonstance.

Ce silence en ayant étonné plus d’un dans l’assistance !

Cette réunion commence par des crépitements de flash des appareils photo des journalistes présents dans les lieux.

Le Mayeur salue l’ensemble de l’assistance et demande immédiatement si des remarques sont à formulées en rapport avec le PV de la précédente réunion. Personne n’ayant à en dire, il enchaîne avec les excusés du jour, soit : Véronique Balthazard, Nathalie Cornet et Dominique Durdu, les trois étant de la liste du Bourgmestre.

Il indique ensuite 5 points supplémentaires, 8A, 15A, 24A & 24B introduits dans les délais et le 13A hors délais, mais recevable, car pour information ? Je n’ai pas vraiment compris !

L’ordre du jour est maintenant directement abordé…

Point 1.    Comptes 2017 de la fabrique d'église de DURBUY.

Le nouvel Échevin des finances, Fabrice Sarlet, liste du Bourgmestre, présente les comptes, et dès après une conversation s’installe entre l’Échevin et Madame Le Bussy, (Cheffe de file PS), trop faible au niveau du portage de voix, je n’ai rien entendu, la discussion terminée, le mayeur fait un package des points 2 à 8.

Mais juste avant, Micheline Têcheur pour Ecolo signale qu’elle a deux interventions à faire, le bourgmestre indique qu’il lui donnera la parole avant le huis clos, et les délibérations reprennent.

Point 2.    Atelier Environnement.  Remplacement Pol COSSE.

Monsieur D’Ursel est désigné.

Il sera noté la remarque de Monsieur Paquet, Échevin des travaux, (liste du Bourgmestre), que le sortant, Pol Cosse n’est que membre de l’AG et non membre du Conseil d’administration. Le mayeur reprécise, sur base de son dossier, l’activité de Monsieur Cosse et qui était sienne jusqu’alors à l’Atelier environnement.

Point 3.    Atelier Environnement.  Remplacement André TASSIGNY.

Monsieur D’Ursel est désigné.

Point 4.    Agence locale de l'Emploi.  Remplacement Maud CHABOTEAU.

Monsieur Fabrice Sarlet est désigné.

Point 5.    Commission consultative communale des travaux.  Remplacement André TASSIGNY.

Madame Chantal Rasse est désignée.

Monsieur Rock Kersten, pour le PS, intervient pour signaler ce qui lui semble une erreur… Le DG et le mayeur sont ensemble à la réponse, (NDR : encore une fois, je n’ai rien compris, j’ai tenté de me rabattre sur la vidéo, cela ne m’a pas été profitable.).

Point 6.    IDELUX. Secteur Durbuy.  Remplacement André TASSIGNY.

Madame Chantal Rasse est désignée (la fonction reste dans l’actuelle famille MR Horizon Bleu Ciel).

Point 7.    OCTD. Remplacement Bernadette SCHEVERS.

À nouveau Monsieur Jean Michel d’Ursel est ici désigné.

Point 8.    VIVALIA. Remplacement André TASSIGNY.

Ce point est retiré

Point 8A. AIVE propreté Francis Demoulin est sortant.

Monsieur Fabrice Sarlet est désigné.

Point 9.    IDELUX.  Remplacement Francis DUMOULIN.

Monsieur Dominique Durdu est désigné.

Point 10.  IDELUX Finances.   Remplacement Francis DUMOULIN.

Monsieur Dominique Durdu est désigné.

Point 11.  IDELUX Projets publics.  Remplacement Francis DUMOULIN.

Monsieur Dominique Durdu est désigné.

Le mayeur demande si des questions sont à formuler, pas de réaction, toutes les nominations sont en principe adoptées.

Point 12.  RCCR. N86.  Barvaux.  Route de Bomal. Stationnement.

L’autorisation de stationnement sur le trottoir est adoptée, mais modulée par la contrainte de laisser 1,50 m de libre pour les usagers lents (piétons, PMR, etc.). Le bourgmestre a encore précisé que la demande émane des riverains et la juge pertinente.

Point 13.  RCCR. N833.  Durbuy.  Rue Comte Théodule d'Ursel. Stationnement.

La proposition d’arrêt et de stationnement est faite par le bourgmestre, il précise encore qu’un arrêt du TEC existe à l’endroit. Madame Laurence Le Bussy intervient pour faire observer que souvent des voitures stationnent à l’endroit cité et qu’il y a un hôtel, elle s’interroge sur la possibilité de créer un “dépose-minute“ ou une place réservée pour l’hôtel, tout en précisant que pour l’instant, ils ne sont pas demandeurs. Le Bourgmestre suppose que si une personne s’arrête pour déposer ses valises, la maréchaussée serait tolérante ? Le mayeur ne rate pas l’occasion de signaler que durant les travaux très récents à Durbuy, les trottoirs ont été élargis, et c’est une bonne chose… Tout cela ne règle pas le problème, la mesure semble adoptée, bien qu’aucun vote ne soit intervenu (NDR : qui ne dit mot consent !)

Point 13A. Création d’une zone piétonne à Durbuy Vieille Ville.

Ici, Monsieur Bontemps pointe à nouveau du doigt le stationnement anarchique sur la Place Roi Baudoin, la Place aux Foires et … Il indique qu’aujourd’hui, les motos sont autorisées à stationner sur les trottoirs, pour autant que les motards laissent de la place pour les piétons. Néanmoins, sur une proposition de la RW, une solution légale d’interdiction de stationnement sur les trottoirs doit être envisagée, d’autant qu’un réaménagement en zone piétonne de la Place Roi Baudoin est prévu sous trois ans. Il propose donc l’installation d’une signalisation spécifique marquant l’interdiction de stationnement sur les trottoirs. Laurence Le Bussy rappelle que les motos à Durbuy sont un centre d’intérêt pour les touristes qui admirent la majorité des engins, elle prône un aménagement particulier pour des occasions spéciales (expo, concentrations, etc…). Monsieur Bontemps lui répond que le Collège planche déjà sur la chose, qu’il est saisi de 3 demandes spécifiques, qu’une taxe d’occupation sera instaurée, on a entendu 5, 8 et 10 euros… Madame Le Bussy aimerait qu’une mention “sauf autorisation“ soit ajoutée à la délibération d’interdiction de stationner, le mayeur se montre dubitatif et demande si d’autres questions attendent ? Sans réponse, il embraye sur la suite de l’ODJ. (NDR : La DH a consacré un article aux motos : https://goo.gl/Po249T )

Point 14.  Régie Foncière. Achat camionnette. Cahier spécial des charges et marché.

Des garages sont consultés, une nouvelle camionnette destinée à la maçonnerie sera acquise, encore une fois, aucun vote n’est intervenu.

Point 15.  Plan communal de Développement rural.  Rapport annuel.

Le mayeur, après avoir sollicité d’éventuelles remarques du Conseil qui ne sont jamais venues, a donc entériné le rapport.

Point 15A. Construction de la maison de Warre, ouverture prochaine des soumissions pour la salle de Villers, le dossier travaux à Izier et d’autres dossiers dont la Place du Marché, de la Place Roi Baudouin et des travaux à l’entrée paroissiale de Wéris.

Point 16.  Acquisition machine à tarmac. Cahier spécial des charges.

Est retiré

Point 17.  Aménagement de cheminements pédestres et de parkings sécurisés à Durbuy Vieille Ville. Devis SWDE.

L’Echevin Freddy Paquet prend la parole, et indique qu’une prise d’eau est nécessaire pour faciliter l’entretien, mais la SWDE doit installer une conduite pour l’alimenter. Le devis se chiffre à un peu plus de 8.100 euros. Madame Le Bussy souhaite savoir si ce chantier est jumelé avec un autre qui a fait récemment débat au Conseil, l’Echevin Paquet n’en est pas certain. Le bourgmestre demande une fois encore si une autre question est en attente, pas de réponse, le point suivant est alors abordé.

Point 18. Modification partielle du Plan d'Assainissement par Sous-bassin Hydrographique à Barvaux (Jastrée). Avis.

L’Echevin des travaux à nouveau, précise que “La Jastrée“ était en zone d’assainissement autonome et ce qui est envisagé est un changement notable en raccordant le domaine au réseau d’égouttage public existant, ajoutant que ce serait, selon lui, une bonne chose pour tout le monde.

Madame Le Bussy, interviens à nouveau en indiquant que ce dossier remonte à 2011 et que c’est seulement maintenant que l’on se soucie de cette problématique ? Pour couper court, l’Échevin des travaux précise que les frais seront totalement à charge du propriétaire, la commune n’intervenant pour rien, sinon l’approbation. Aucune autre remarque n’est formulée, on en déduit qu’il s’agit d’une affaire entendue.

Point 19. Cahier spécial des charges auteur de projet Eglise de Wéris.

Un dossier bien compliqué qui remonte manifestement en 2015, mais la personne désignée à l’époque pour l’établissement du cahier des charges étant décédée, une autre firme a été désignée, le département du Patrimoine est entré dans le dossier pour apporter son expertise à la restauration de l’église, l’entreprise chargée d’élaborer le cahier des charges a choisi de se désister, et il faut donc en redésigner une autre pour la troisième fois !  La construction religieuse souffre d’humidité ascensionnelle, il faut régler le problème, installer des chenaux, et refaire l’installation électrique, un autre dossier devra être ouvert pour une restauration des vitraux, etc., ces travaux seront réalisés par un artiste local. L’Échevin Freddy Paquet, confiera encore que ce ne sera pas du luxe de refaire cette église, il indique même se faire réprimander par son épouse sur l’état de l’édifice lorsqu’ils vont à messe le dimanche. On apprendra encore qu’avant la fusion des communes, son père, mayeur de Wéris, avait déjà tenté de faire poser des chenaux, sans succès, voilà donc plus de 40 ans ! À ce moment, le conseiller Jean-Marie Mottet (Liste du Bourgmestre) signale que l’on pourrait dire la même chose de l’église de Durbuy, le mayeur et Madame Le Bussy interviennent sans qu’il ne soit possible de comprendre le moindre mot. Ce qui ressort en tous cas, c’est l’accord unanime sur les dégâts que l’humidité ascensionnelle peut causer.

Point 20. Panneaux photovoltaïques.  École Bomal.  Cahier spécial des charges adapté.

Madame Laurence Jamagne, première Echevine, prend la parole et rappelle que la commune est engagée dans la réduction des gaz à effet de serre (Convention des maires), elle reprécise que Durbuy a adopté un plan d’action pour la mise en place de l’énergie durable, notamment avec l’installation de panneaux photovoltaïques sur le toit de l’école communale de Bomal s/O, (NDR : Sujet déjà débattu lors de précédents Conseils), cette transformation se fait par ailleurs avec l’étroite collaboration du GAL (Groupe d’Action Locale a.s.b.l.) qui déploiera à terme des animations pédagogiques pour sensibiliser les enfants à l’énergie, entre autres l’énergie propre. L’Échevine sollicite donc l’adoption du “cahier spécial des charges adapté“, ce qui permettra d’accélérer les travaux et la mise en place des activités éducatives ! On entend discrètement Madame Micheline Têcheur juger qu’il s’agit d’une très bonne chose. Et sur ce constat, le mayeur se dirige vers le point suivant…

Point 21. Plan de cohésion sociale.  Rapport financier 2017. Approbation.

L’Echevine Cécile Colin (Liste du Bourgmestre) est maintenant à la manœuvre, elle indique que le rapport est succinct, elle souhaite savoir s’il y a des questions en ajoutant qu’il n’y aura pas de rapport d’activité en 2018, car le PCS est en phase d’évaluation, le rapport de cette appréciation doit être rentré en juin, suivra 2019 pour la rentrée des projets 2020/2025. Aucune intervention n’est à remarquer, le Président de séance, Monsieur Philippe Bontemps, ouvre donc le point 22 à la délibération.

Point 22. Plan de cohésion sociale.  Provision de trésorerie pour les activités récurrentes.

600 euros sont demandés, somme destinée aux petits achats du quotidien, Madame Le Bussy intervient avec une question constat, le DG lui répond, mais comme je n’ai encore rien compris, je n’en parle pas davantage, sauf pour dire que le montant demandé sera bien affecté.

Point 23. Rapport relatif à l'emploi des travailleurs handicapés au sein de l'administration communale. Communication.

Le Bourgmestre rappelle les dispositions légales en la matière, Madame Le Bussy cite l’AWIP - Agence wallonne pour l'intégration des personnes handicapées : http://www.awiph.be/

Et c’est ainsi que les délibérations en séance publique se clôturent.

Mais souvenez-vous, Le Groupe Ecolo doit encore intervenir hors du contexte de l’ODJ, le mayeur l’avait promis, il donne donc la parole à Madame Têcheur pour ses deux interventions annoncées en début de réunion.

On l’écoute…

Après avoir visité le “Réseau Chaleur“ de Hotton (NDR : info sur ce lien https://goo.gl/Sxa7Ri ) elle se demande ce que fait la commune des rebus de bois non vendus ? Elle ajoute que dans le projet chaudière à bois, le bois communal devait être utilisé, mais il semble que cela passe par marché ? D’où la question initiale. Monsieur Bontemps répond que la vente de bois sous la forme d’enchère, ouverte aussi aux particuliers, est organisée chaque année, ce qui est récupéré le long des routes suite à l’entretien, est plutôt marginal, et non-rentable. La cause en est que pour utiliser le bois dont dispose la commune, l’investissement est très important (tracteur, hangar, engagement d’ouvriers, etc…). L’Échevin des travaux abonde dans l’analyse mayorale, il pense que l’exploitation de notre bois pour un usage communal doit être associée avec une station de bio-méthanisation, qui pourrait servir pour le séchage des pellets produits par la commune, mais en bref, il est convaincu de la non-rentabilité de la production de bois de chauffe ou plaquettes et pellets par la Ville. Madame Têcheur, semble désapprouver.

Pour finir de convaincre et de rallier l’auditoire et particulièrement la représentante écologique à son point de vue, Monsieur Paquet, très logiquement insiste sur l’inconfort d’une station de bio-méthanisation, il faut que l’installation ne perturbe pas le sens olfactif des habitants (NDR : Évidemment, le lisier et le fumier ne sont pas labellisés n° 5 de Chanel). Faire tourner une telle station uniquement avec les tontes de pelouses, cela ne fonctionnera pas, d’autre part, en disposant des installations éloignées du centre de Barvaux ou Durbuy, il n’y aura pas l’usage de la capacité d’énergie produite. Madame Micheline Têcheur convient que diverses choses sont à mettre au point, elle remercie Monsieur Paquet pour son éclairage pertinent sur le sujet et semble maintenant convaincue.

Elle embraye sur sa seconde question, elle concerne l’opération initiée par le Ministre wallon Carlo Di Antonio et nommée : “Wallonie propre“  https://goo.gl/H2vdZR et à laquelle Ecolo a participé comme bien d’autres formations politiques d’ailleurs, mais aussi des habitants de l’entité dans une démarche uniquement citoyenne.

Madame Têcheur remarque qu’ils ont été confrontés à un souci lors du nettoyage, par des encombrants de toutes natures et abandonnés dans divers lieux de la commune, et particulièrement à Bomal s/O, à hauteur approximative de la Ferme Houart ! Selon l’organisateur “Wallonie propre“ contacté par Ecolo, il s’agit là de la responsabilité de la commune de procéder ou faire procéder à l’enlèvement des encombrants, après un coup de fil à l’Administration communal, la réponse était négative, cela ne relève pas de la responsabilité de la Ville ! Pour trouver une solution, l’Atelier environnement a été contacté, il a été répondu que ce type de ramassage était payant ! Mais qu’il était possible que les objets soient conduits au parc à conteneur par l’appelant et par ses propres moyens ! Monsieur Paquet s’offusque de la réponse de l’Atelier environnement, il ajoute que cela relève de leurs diverses missions et qu’il allait dès le lendemain tirer les choses au clair avec ce département propreté de la commune.

La question légitime de Madame Têcheur, est donc : que faire dans ce type de situation et particulièrement dans le cadre d’une opération chapeautée par la Région wallonne ?

Monsieur Paquet, Échevin des travaux indique qu’il faut requérir l’Atelier environnement. Il ajoute qu’il a été agréablement surpris par le succès de cette édition 2018, déplorant qu’une initiative communale d’il y a deux ou trois ans n’eût rassemblé que quelques rares volontaires.

Il ajoute qu’il est prévu avec l’Echevine Véronique Balthazard, d’organiser de concert avec le Conseil communal des jeunes, une journée propreté le mercredi 25 avril à 13 h 30 ou 14 h 00 jusque 17 h 00, cela a été décider très récemment (NDR : Info 086/21.98.11 demander le Service des travaux.) Monsieur Jean-Marie Carrier estime pour sa part que ce type d’opération nécessite une communication à minima avec l’Atelier environnement. Laurence Le Bussy intervient à son tour pour indiquer que son groupe avait organisé avec des jeunes un nettoyage des berges de l’Ourthe, en impliquant, en collaboration, les exploitants de kayaks qui ont mis à disposition des raftings, etc., etc.

On apprendra que Monsieur Paquet est aquaphobe, mais cela ne fait pas avancer le schmilblick, il y a toujours autant de déchets jetés sur le domaine public, les parcs, la voirie, les bois, les cours d’eau...

La conclusion reviendra à Madame Têcheur qui affirme, à raison, que quelques jours après le nettoyage, on peut recommencer !

(NDR : Il ne faudrait pas que ce type d’action propreté ne soit accaparé par un groupe pour en faire de la récupération politique, la propreté, c’est l’affaire de toutes et tous, sans distinctions aucunes.).

Le Bourgmestre clôture les débats en rappelant que chaque jour l’Atelier environnement est sur la brèche.

Monsieur Bontemps indique que le huis clos va débuter, sans plus…

On a compris (le public) qu’il fallait plier bagage.

A l'exception de l'introduction mayorale qui était on ne peut plus brève, ce conseil n'a pas été d’une saveur différente des précédents, malgré la caméra (NDR : article Sud Info : https://goo.gl/sKZg98 ) mise en service presque dans le secret, et qui ne semble avoir importuné personne, ceci est à souligner.

Les intervenants sont systématiquement les mêmes, les dossiers des points de l'ordre du jour ont déjà été consultés et largement débattus dans les réunions préparatoires, in fine, les délibérations n’en porte que le nom, tout ayant déjà été réglé en pré-conseil.

Le public quitte la salle de réunion, en bon ordre, certain(es) reviendront le 25 avril pour la prochaine séance, il ne fait évidemment aucun doute que le mouvement “Changeons !“ Sera prêts à filmer dans le cas où la commune “oublierait“ de s’en charger.

L’acoustique de la salle est déplorable, je m’en plains régulièrement, et à cela s’ajoute la mauvaise qualité du son de la vidéo conséquente d’un équipement probablement trop peu performant. J’espère que cela s’améliorera rapidement, nous devons être indulgents, il s’agit d’une première pour Durbuy, et tout porte à croire, des échos entendus, que c’est déjà un succès, même si la capture du son doit être améliorée.

Avant de vous rendre à vos occupations, et comme à l’habitude, il me reste à vous faire part des impressions de Marc Blasband, Président de SOS-Durbuy sur ce Conseil communal de mars 2018, les voici, extraites de son courriel m’adressé le 7 avril…

Cher Alain,

Trois points ont attiré mon attention:

Les motos. Tout ce bruit il y a deux ans pour revenir à la situation de départ. Ou je me trompe ou le bourgmestre a fait une connerie à l'époque, mais évidemment refuse de le reconnaître.

Le plan de cohésion sociale. D'après ton rapport, il est clair que c'est le cadet des soucis de cette majorité. D'après les budgets et les absences des échevins aux réunions aussi.

Propreté (jamais deux sans trois). Les saletés que j'observe sont le fait de touristes et non de locaux, quoi qu'en ait écrit le mayeur. L'imbroglio avec les diverses instances de la commune montre à nouveau la désinvolture avec laquelle l'administration communale gère cet aspect de notre vie commune.

Amitiés

Marc Blasband.

 

On se retrouve bien vite,

Merci de m’avoir lu.

Rédacteur :

Alain ROPPE.

Ce compte-rendu non-officiel n’est nullement exhaustif des débats.

N’oubliez pas qu’il vous est toujours possible de vous adresser à l’Administration communale pour obtenir des informations complémentaires ou des extraits de PV.

Vous avez également maintenant la possibilité de consulter la vidéo contenant la totalité des débats de la séance.

Sur le site de la commune : http://www.vivre.durbuy.be/seances

Sur notre plateforme d’hébergement : https://goo.gl/M8bQD2

Désormais, les délibérations sont également publiées en ligne : http://www.vivre.durbuy.be/article3124

 .

.