Vous me direz : "pour vous, c'est facile"

C'est vrai, je vais voter pour Chantal de la liste "Changeons". 
On s'est dit "oui" lorsque nous étions jeunes, belles et beaux, c'est toujours "oui", un peu ridé.e.s et blancs, 42 ans plus tard.

Voter n'a pas toujours été si facile. 
Que faire lorsqu'on ne trouve pas dans les programmes, des uns et des autres, les propositions qu'on attend ?

Que faire, si on sait que ceux qui vont être élu.e.s, ne seront pas capable de faire les réformes nécessaires.
Voter pour qui ?
Je fais partie de ceux qui ont déjà fait des grandes croix sur leur bulletin de vote, lassé de tant de mensonges et de médiocrité.
J'avoue. C'est scandaleux. Voilà un candidat qui vous dit de ne pas voter ! Quelle honte !. Ce type est un gros con. (je parle de moi.)
Pourtant, c'est défendable en démocratie. Confier sa "part" de pouvoir à son bourreau tient d'une inutile résilience. Il vaut mieux s'abstenir.

Si nous n'avions pas créé notre liste citoyenne, qu'aurais-je fait.
On ne parle guère d'environnement, de changement climatique, de gaz à effet de serre, d'avenir (im)possible.
On ne parle pas des particules fines, des pollutions et des effets néfastes sur la santé des petits que nous aimons tant.
On ne parle pas du Plan HP, des gens que l'on met dehors de chez eux sans créer de logement de remplacement pour acheter à bas prix les terrains.
On ne parle pas de dénatalité, du manque d'offre variée d'emplois, de l'exode rural des jeunes de 25/40.
Il n'y a pas d'avenir à Durbuy. J'ai 3 enfants, deux ont fait leur valise, le dernier fera de même, un jour ou l'autre, lassé de n'être ni écouté, ni entendu. 

Toutes ces choses qui sont "mon credo et mes craintes", on n'en parle pas.

Si nous avons créé une liste citoyenne, c'est pour donner le change, l'alternative au monde politique sclérosé.
Vous en ferez ce que vous voulez. 
En dernier recours, devant votre bulletin, pensez à nous !
Qui sait ? Que nous serions comme vous, inquiet.e.s, généreux.ses. et dubitatif.ve.s...






Bernard Adam 2018